vendredi 23 février 2018

Remigration : seule solution pour éviter la faillite de la sécurité sociale

Regardons ce qui se passe en France et nous verrons que pareilles ignominies pourraient très bien se passer en Belgique. Le petit président Macron, fort de son soutien des banques et des multinationales, a d’abord volé les vieux en leur ponctionnant une quarantaine d’euros chaque mois au titre de la contribution à la cotisation sociale généralisée (CSG). Puis il s’en est pris aux handicapés en diminuant leurs allocations. Et enfin il a généreusement donné l’argent des Français au gouvernement tunisien qui soutient officiellement l’organisation terroriste Hamas (et sans doute officieusement d’autres organisations terroristes encore) au titre de la «coopération au développement», nom officiel désignant le soutien financier caché au terrorisme. Au rayon de l’immonde, la France frappe fort. Déjà que la ministre Schiappa veut légaliser la pédophilie en instaurant par un projet de loi la majorité sexuelle à treize ans et que bon nombre de juges libéraux et libertaires ont considéré en prévision de cette prochaine loi qu’une gamine de 11 ans victime de viol par un adulte aurait été consentante. Mais en plus il se trouve des députés républicains marcheurs (LREM) pour proposer des déductions d’impôts à ceux qui aideraient ou hébergeraient des illégaux, qu’ils soient terroristes, violeurs, agresseurs ne semblant pas poser de problème de conscience à ces gens-là, pourvu que le sacro-saint PIB augmente, fût-ce par la délinquance. Emmanuel Macron a correctement rendu compte de la situation en France à ses maîtres de Davos : la mondialisation est bien responsable du chômage, de la précarité, de la récession. Mais ce qu’il propose n’est pas de soigner le malade mais bien de l’achever en proposant encore plus de mondialisation. L’erreur est humaine, persévérer dans l’erreur est diabolique (Errare humanum est sed perseverare diabolicum). La majorité des états européens ayant à affronter l’aide sociale que leurs lois généreuses accordent aux arrivants, fussent-ils illégaux ou déserteurs sympathisants de Daesh, doivent taxer à outrance ceux que la mondialisation a épargnés et a permis de garder leur emploi. La mauvaise gestion des dirigeants européens a causé la situation actuelle où les caisses sont vides. Demain les illégaux qui ne travailleront pas ou qui travailleront dans des sous-emplois ubérisés seront un poids mort pour la sécurité sociale. Et les mauvais gestionnaires, tant Macron que Merkel ou Renzi, annoncent encore plus d’illégaux et de déserteurs sympathisants de Daesh pour bien faire s’effondrer la sécurité sociale ou du moins l’appauvrir à un point tel que les assurances privées paraîtront plus intéressantes. Oui, il faut être lucide aujourd’hui : la majorité des politiciens ne servent pas l’intérêt collectif mais bien ceux de groupes puissants qui leur donnent par leurs média les moyens de se faire élire ou réélire. Le mouvement pour la remigration s'implante en Bretagne Sauvons notre modèle social par le seul moyen qui évite son naufrage : la remigration

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire