jeudi 18 mai 2017

L'usurpation du parti "En Marche"

Peut-on ne pas être étonné de constater l’étonnante ressemblance de technique lorsque le parti «En marche» fait implicitement référence au film «Demain» dont le slogan était «un nouveau monde en marche»? Comment le défenseur du CETA (le traité CETA amènera des dizaines de milliers de faillites en France) de la mondialisation et des délocalisations destructrices d’emploi peut-il ainsi faire ouvertement référence à des idées antimondialisation ? Comment peut-on prétendre incarner l’avenir alors qu’on défend les recettes du passé? A moins de vouloir séduire les nouveaux habitants des villes que la gentrification a complètement déboussolés? La présence de Nicolas Hulot au sein du premier gouvernement Macron est évidemment «aussi insolite qu’un ours polaire au Sahara» selon le bon mot de Jean-Luc Mélenchon. Car que peut faire Nicolas Hulot? Peut-il abroger le CETA pour assurer une réelle «transition écologique» ? Evidemment non ! Peut-il supprimer les subsides européens à l’exportation qui favorisent les échanges intra-européens (et donc la consommation inutile de mazout) ? Encore non ! Le premier geste d’Emmanuel Macron en tant que président a été de prêter allégeance à Angela Merkel et non de lui dire que maintenant cela suffit. L’Allemagne obtient maintenant par la paix ce que deux guerres mondiales ne lui ont pas permis d’obtenir, à savoir l’hégémonie européenne, et cela grâce à ceux que les poilus des deux guerres eussent qualifiés de couards.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire